Une gestion légère

Face aux diverses affaires ayant éclaté au sein de son département, le Conseiller d’Etat Freysinger est revenu à maintes reprises sur ses décisions. Diriger un département requiert sang-froid, discrétion et rigueur. Des compétences différentes de celles d’un agitateur de parlement. Durant ces quatre années, M. Freysinger n’a jamais endossé le rôle de Conseiller d’Etat.

Ligne rouge franchie

En engageant dans son département un ami aux idées ouvertement racistes et guerrières, M. Freysinger a clairement dépassé une ligne rouge, dévoilant son vrai visage. Il est inadmissible qu’un Conseiller d’Etat fasse entrer sournoisement des idéologies du siècle passé dans notre canton. Que M. Freysinger s’en tire par des mensonges, ses pirouettes habituelles et ses lamentations est déplorable.

Des faits vite oubliés

Se comportant toujours en victime, l’homme fort Oskar Freysinger a réussi à se défaire des nombreuses affaires qui ont éclaboussé son mandat. Il est nécessaire de rappeler aux citoyens de ce canton les faits des quatre dernières années et de les laisser juger de ses compétences à gérer un département cantonal.

Faut-il mettre 5 noms absolument ?

Oui. Les candidats EWK, Favre et Rossini sont indispensables afin de maximiser les chances d’écarter M. Freysinger du gouvernement et de retrouver de la sérénité. Cela dit, il est nécessaire d’utiliser les deux places restantes pour ajouter les candidats PDC et faire gonfler leur score. Cela renforcera leur position par rapport à Oskar au gouvernement si celui-ci devait tout de même être élu.


Pourquoi EWK, Favre, Rossini ?

EWK, Favre et Rossini sont les 3 concurrents directs de M. Freysinger. Pour atteindre l’objectif, il est important que les voix ne se divisent pas entre ces trois candidats. En votant ces trois candidats de manière compacte, il est possible que les trois terminent devant M. Freysinger.


Quels candidats PDC ?

Selon votre préférence, vous pouvez choisir entre Christophe Darbellay, Jacques Melly et Roberto Schmidt.


Est-ce que Christophe Darbellay est déjà élu?

Oui mais… ! En vertu d’une règle qui garantit au minimum un élu par région constituée, Christophe Darbellay est déjà élu puisqu’il est le seul candidat du Bas-Valais. Cela dit, son résultat au deuxième tour est important, surtout dans le cas d’une élection de M. Freysinger.


Privilégier les candidats socialistes ou le candidat PLR ?

Pour coupons-lui la voie, le maintien au deuxième tour des trois candidatures est légitime. Cependant nous tenons à mettre les gens en garde contre une division des voix entre ces trois candidats : celle-ci favoriserait la réélection de M. Freysinger. C’est pourquoi nous insistons bien sur le fait que la solution qui maximise ses chances d’éviction est le bulletin comportant ces TROIS candidats (EWK, Rossini  et Favre) ainsi que deux des candidats PDC.


Rossini et Favre sont tous deux du district de Conthey est-ce que cela pose problème?

Il est claire que Rossini et Favre ne pourront pas être les deux élus, du à la règle de « un seul élu par district ». Cependant, il faut que 5 personnes de districts différentes terminent devant M. Freysinger. Avec les résultats du premier tour, les dynamiques du deuxième tour et cette recommandation de vote, on peut raisonnablement penser que les trois PDC et EWK devraient terminer aux 4 premières places. Il est encore nécessaire de faire passer un candidat devant M. Freysinger. Comme certains partisans vont voter soit pour Rossini, soit pour Favre, nous proposons afin de maximiser les chances d’éviction de M. Freysinger de voter pour les Rossini et Favre afin d’augmenter les chances qu’au moins un des deux terminent devant M. Freysinger. Si les deux devaient terminer devant OF, celui-ci gagnerait une place en vertu de la règle du district, mais il passerait seulement de la 7e à la 6e et ne serait pas conseiller d’état.